top of page

Défier le déterminisme : l'autonomie de la volonté avec l'intelligence artificielle du chat GPt-4.o



Après le lancement du GPT-4o Chat, le livre du professeur de Berkeley Barry Schwarz sur le paradoxe de la liberté de choix est toujours valable dans le domaine juridique. Deux décennies après la publication de cette étude, le PDG de Google, Sundar Pichai, qui est à la tête de cette entreprise depuis le même temps, révèle que l'implémentation croissante de l'intelligence artificielle dans ses plateformes génère de plus en plus d'options pour décider, qui sont importé de ses différentes plateformes et sources de contenu.

En d’autres termes, Google avec Chat GPT résout toute énigme en proposant d’innombrables options de liens, cataloguées par priorités conçues et acquises sans récurrence, en appliquant l’intelligence artificielle. Il utilise des « transformateurs » ou réseaux neurologiques avec une attention multiple et itérative qui comprennent simultanément les traductions, les modèles linguistiques et la tokenisation des mots, les interprétations d’images vivantes, les mécanismes de communication interconnectés et les systèmes organisés de possibilités de réponse. Associés, les différents transformateurs développent un schéma de détermination de la volonté de décision, offrant de nombreuses options mais évidemment sans porter la responsabilité finale d'en adopter aucune. Face à notre incertitude quant au choix, le monde numérique a déjà artificiellement rendu disponible le mode de vie que nous choisissons.


Options ou liberté ? Schwarz soutient dans son paradoxe que plus la possibilité de choix est grande, plus nous nous exposons à une paralysie de notre liberté de décision. Au contraire, étant donné un plus petit nombre d’options, les individus ressentent une plus grande satisfaction lorsqu’ils les exercent. L’explosion des options de consommation a accru notre capacité à choisir sur presque toutes les définitions de la vie qui nous guident, comme l’identité sexuelle, les préférences politiques, l’environnement, les formes de communication, l’éducation, le travail, pour n’en citer que quelques-unes. Mais malheureusement, cette multiplication des options de choix, telle que proposée par l’intelligence artificielle, ne se traduit pas par une plus grande liberté de décision. Cela génère une paralysie paradoxale face à tant d’options, bouleversant la vieille maxime selon laquelle plus les options sont grandes, plus la liberté est grande. Nous ne choisissons pas non plus entre nos propres options, mais la liberté de choisir s’exerce en proposant un certain nombre d’options artificiellement conçues et apparemment fiables.


Que ferait l'avocat à la place du client ? Dans notre pratique, les avocats ne conseillent plus nos clients sur ce qu'ils doivent faire, mais nous représentons leurs options juridiques avec les risques de chacun, afin qu'ils puissent enfin choisir. Et nous ajoutons des services de technologie juridique intelligents à ces options pour calculer de manière probabiliste les chances du client de se produire. Cela semble plus juste, mais les clients nous demandent toujours ce que nous ferions à leur place et nous leur répondons que nous ne sommes pas ou ne pouvons pas être à leur place. Nous affirmons que, d’un point de vue éthique, ce n’est pas à nous d’occuper leur poste.

Ce type de relation avocat-client s'est consolidé au cours des deux dernières décennies, après l'explosion des options pour les consommateurs. Avant, cela n’existait pas et nous, avocats, recommandions ponctuellement ce que nos clients devaient choisir. Sans aucun doute, les clients ressentaient alors une plus grande satisfaction et une plus grande protection qu’aujourd’hui.


Mise à jour de la loi ? De la même manière que d'autres facultés de droit, qu'elles soient de premier ou de deuxième cycle, enseignent le droit commun ou le droit civil, elles nous offrent une sélection de cours très diversifiée, qui s'explique par un besoin professionnel de spécialisation. Ces cours se présentent comme des joyaux exotiques de spécialisation juridique. Et leurs professeurs sont simplement classés en fonction de la consommation de ces cours, en fonction de leur réussite dans la nouvelle matière qu'ils enseignent et du nombre d'étudiants inscrits.

Les spécialités réglementaires offrent à l'étudiant en droit un sujet de pratique dédié à des domaines très sophistiqués. Ils soulignent que plus la niche est originale, plus elle est attractive sur le marché professionnel. Les branches traditionnelles du droit sont remises en question et conçues à partir de ce processus de droit ultra-diversifié, reconnaissant les ramifications réglementaires impliquées avec de nouveaux sujets. Malheureusement, ces cours n'offrent pas nécessairement une plus grande liberté de choix quant aux possibilités de la science juridique, mais seulement des options de consommation de droit pour les étudiants.    


Les préjugés du législateur. Les législateurs actualisent et manipulent la liberté de choix des individus, en utilisant également une multitude d’options. Ils imposent le droit au logement plutôt que le droit à la propriété, diverses égalités socio-professionnelles à l'individualisme et au travail indépendant, ils préfèrent une administration coercitive du commerce à la volatilité et aux risques de la concurrence, la protection de l'environnement pour corriger l'industrialisme, la durabilité sociale et écologique. des finances sur la rentabilité des pensions de retraite, entre autres sophistications réglementaires. Ils justifient chaque proposition réglementaire comme « des options socialement obligatoires et non discriminatoires » déterminant comment et quand chacune doit être choisie.

Ainsi, des structures de contrôle administratif coûteuses sont instituées, soutenues par des réglementations qui deviennent rapidement intrusives dans la liberté de choix. Dans les sociétés les plus riches, des fautes éthiques ou morales s’établissent dans les relations juridiques, comme l’ESG et/ou l’anti-ESG ; ou des contrôles sur la créativité, certaines industries disruptives comme la fintech ou le cannabis, par exemple. Des excès réglementaires apparaissent, socialement expliqués, dans certaines statistiques ou options artificiellement conçues. Pour garantir l’équité réglementaire, les transformateurs d’intelligence artificielle n’échappent pas à ce contrôle. Les pays les moins développés importent ces réglementations dans le cadre d’une réaction globale d’alignement sur le choix du consommateur comme synonyme juridique du bien-être social.

Les excès réglementaires profitent de la paralysie des individus générée par l’explosion des options de consommation. Elle impose un choix coercitif basé sur des règles qui semblent spécifiques, mais qui sont souvent légiférées par des institutions ou des agences au-delà de leurs compétences initiales, appliquant d’une manière ou d’une autre l’intelligence artificielle.


Équilibre des options pour la liberté. Schwartz explique que les sociétés les plus riches dépensent inutilement des fortunes pour créer des options de choix pour les consommateurs et qu'elles ne génèrent que de l'insatisfaction lorsqu'elles décident. Les études sur les options de consommation les plus élémentaires recommandent un maximum de sept ou huit alternatives afin de ne pas paralyser les consommateurs.

Les sociétés pauvres, en revanche, doivent ajuster leurs priorités pour garantir à leurs populations l’eau courante, l’alimentation quotidienne, une santé efficace et la sécurité des transports, ce qui accroît leur ambition de simplifier et d’importer ces options en reproduisant des alternatives mondialement connues. Ils détournent les sociétés de leurs propres choix.

Ils souhaitent tous mesurer l’impact de l’intelligence artificielle sur les élections car elle est censée rendre les options politiques transparentes. Le 6 mai, le gouvernement fédéral du Canada a présenté au Parlement le controversé projet de loi C-70 « Loi sur l'influence étrangère » , visant à créer un registre pour les entités étrangères fournissant des informations numériques afin d'influencer le gouvernement. Pour défendre la démocratie et face à l’expansion de l’intelligence artificielle, le projet introduit de nouvelles techniques judiciaires pour les enquêtes internationales.


Vices de surrégulation dans l'autonomie de la volonté . L’idée consumériste de créer trop d’options diversifie et reproduit le pouvoir de régulation de telle manière que les possibilités de contrôler efficacement ses excès sont dispersées. Cela provoque également chez les générations les plus exposées à la consommation numérique une indécision permanente et une recherche sans fin de plus d’options qui constituent une solution de substitution à la liberté de décider.

Cette exploration est construite avec les réglementations préjudiciables du législateur. Justifiées dans les innombrables options de la vie numérisée, avec une richesse morale prédéterminée, ces régulations ne représentent pas notre pouvoir de choix au sein de notre société. Ce ne sont que des recréations législatives artificielles et mondialisées d’un devoir de se fonder sur les préférences individuelles les plus courantes. Les profils de consommateurs artificiels sont réglementés comme s’il s’agissait de véritables comportements sociaux afin de déterminer les comportements, définissant qui nous devrions être et comment nous devrions décider. Ils nous font nous sentir bien et moralement approuvés si nous obtenons les options et les consommons selon ces normes juste dans un souci de conformité mondiale. L’autonomie de la volonté dépend aujourd’hui de la levée d’options générées avec l’intelligence artificielle et dimensionnées réglementairement.


L’intelligence artificielle à effet répressif ? L’intelligence artificielle identifie des options de choix, agissant souvent au-delà de notre niveau de conscience, inventant des profils d’individus qui ne sont pas réels mais qui fonctionnent comme des paramètres sociaux pour établir de nouvelles régulations. Cela génère un pouvoir répressif qui sert à la fois à réguler diverses activités et à remettre en question les effets juridiques de l’intelligence artificielle.

Ces régulations basées sur des informations artificielles détournent notre pouvoir de choix individuel et entravent l’accès à une meilleure qualité de vie. Ils nous permettent seulement de nous comparer dans la société aux autres, parce que nous devons les consommer, ouvrant ainsi un débat social qui semble moral, culturel et productif, mais qui ne nous apporte aucun bénéfice individuel et concret. Avec les aspirations sociales et politiques, une image artificielle mondialisée numériquement du bien-être individuel est fabriquée.

Les systèmes sophistiqués de surveillance des médias sociaux détectent les dissidences et créent des profils comportementaux qui permettent d’enquêter et de réglementer des comportements très spécifiques. L’intelligence artificielle permet aux gouvernements de mettre en œuvre une forme subtile et précise de réglementation et de censure. Avec des calculs et des options artificielles, les coins et recoins les plus insolites de la société numérique sont régulés d'un côté à l'autre sans respecter le capital individuel et unique de la liberté de choix. 

La diversification et la prolifération de ces réglementations dénotent une forme dangereuse de surréglementation et ses vices entraînent une perte effective de liberté de choix pour les individus qui sont exposés à une coexistence douteuse au sein d’une société mondialement communiquée. Ce sont des règles qui cherchent à nous affaiblir en tant qu’individus capables de choisir librement, de trouver nos propres options sans nous laisser submerger par des créations artificielles.

1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page